Cambodge & Thaïlande

 

Après quelques temps à déserter l’Asie au profit de l’Afrique, l’envie de moiteur tropicale, de végétation luxuriante et de currys qui brûlent les cordes vocales s’est faite sentir. La Thaïlande nous connaissions, donc on y retournerait à condition de découvrir une nouveauté dans les environs : l’ancienne cité royale d’Angkor.

Nos vacances asiatiques ont donc commencé dans la capitale cambodgienne. Siem Reap et sa street food, ses fils électriques non homologués, ses personnes mutilées, ses tuk-tuks, le sourire sans pareil de ses habitants.

Là-bas, on a sué, ils en ont sué, on a soupé, ils en ont soupé, l’une mangeait du riz au petit-déjeuner, l’autre ne dérogeait pas aux pennes bolognese, l’un s’émerveillait devant les temples, l’autre a cessé de souffler à l’achat d’un éventail de pacotille… La visite du grand site d’Angkor en tuk-tuk a réconcilié tout le monde.

 

Angkor, plongée dans le livre de la jungle

…où un temple peut en cacher un autre

Symbole de l’empire khmer qui a imposé sa puissance, son art et son architecture en Asie du sud-est entre le IXème et le XVème siècle, l’immense site archéologique d’Angkor regorge de trésors hindouistes et bouddhiques, d’arbres centenaires ayant repris possession des lieux. Une forêt de pierres magique et mystique. Et l’une des plus belles choses qu’il m’ait été donné de voir.

Tintin à Angkor

Le Ta Prohm où fut tourné le film Tomb Raider avec Lara Croft

Jack et le haricot magique aurait-il sévi dans le coin ?

Angkor un matin

 

L’envoûtant Bayon au coeur d’Angkor Thom

Le site d’Angkor n’est pas que minéral…

… noyé dans la jungle, il regorge aussi de bébêtes en tout genre. À chaque jour son araignée effrayante… avant qu’elle ne se retrouve grillée et vendue en brochette dans une rue animée de Siem Reap ? On dit les Cambodgiens friands de tas de petites bestioles peu ragoûtantes (on dit la même chose des Thaïlandais mais eux affirment clairement que c’est un mythe qui fait fantasmer les touristes !) : criquets, tarentules, serpents, vers à soie se mangeraient sautés ou sous forme de beignets. Il paraît que c’est bourré de protéines. Personnellement je me suis contentée du blanc de leurs poulets décharnés ou d’une eau de coco (c’était avant les Caipirinha buckets de Koh Chang), et de leurs délicieux fruits comme les aiment les singes macaques qui (sur)peuplent Angkor Vat et nous ont montré les crocs pendant qu’on mangeait nos bananes.

 

Koh Chang, l’île des éléphants

Mange, lis, aime

Un bungalow en bois niché dans une cocoteraie, voilà ce que je suis venue chercher au bout du monde. Quand on est arrivé, il pleuvait comme jamais. Ah oui, août n’est pas la haute saison. Le bar de la plage qui me faisait rêver en photos était en travaux et on aurait dit que le bleu de la mer avait fui vers des contrées plus lointaines. Pourtant, malgré le ciel nuageux, il faisait 29 degrés. On a vite relativisé. Certes, c’était la mousson, mais pas que. Et notre programme pendant dix jours fut de tout repos : on a lu, on joué aux cartes, on a joué au foot, on a nagé, on a bu des cocktails, on a mangé local, on a vu des poissons multicolores, on a (beaucoup) dormi. Et on a recommencé. Ah j’oubliais : entre temps, on se faisait masser.

 

Bangkok l’effervescente

Ultra modernité et tradition séculaire sous les tropiques

Après dix jours sans voiture, l’arrivée à Bangkok fut un peu vive. 12 millions d’habitants, des embouteillages monstres, des gratte-ciels, des noeuds routiers qui dominent les rues encombrées de marchés ambulants, des transports fluviaux toujours actifs sur le Chao Praya… À Bangkok, l’agitation est de tout côté.

Première étape, découvrir avec les enfants que la vie le long des khlong, les canaux du Chao Praya qui sillonne Bangkok, avec ses maisons de guingois, ses temples deci delà, ses habitants qui semblent ranger toutes leurs affaires HORS de chez eux, est un joyeux bordel !

 

 

One night in Bangkok

Puis cap sur les temples (une sélection, il y en a beeeaaauuucoup), où l’on se déchausse, hume l’encens des offrandes, admire les chedîs et les stupas aux façades recouvertes d’or, d’éclats de miroir, de faïences multicolores.

 

Le temple du bouddha couché au Wat Pho

 

La magnifique maison en teck de l’ancien architecte et espion Jim Thompson (reconverti dans le commerce de la soie) au bord d’un khlong à Bangkok…

En fait, six maisons venues de la campagne thaïe et remontées à Bangkok dans les années 50. Sublime lieu, sublime jardin qu’il appelait sa petite jungle.

Bangkok, une jungle urbaine mais pas que.

Ce fut un voyage de redécouvertes, et ce fut bon !

 

 

4 réflexions sur “Cambodge & Thaïlande

  1. nathaliegolomer dit :

    Merci beaucoup pour cette échappée belle !!! Bisous

  2. Mamounette dit :

    Ca me manquait. Quelle évasion au fil de tes récits et photos. C’est magnifique ! Bisous doux

  3. Ma première lectrice 😉

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :