Archives de Tag: desert

Voyage immobile #2

Poster un petit dessin de rien avec des photos du passé, j’ai hésité à le faire. Cela est bien futile en ces temps si particuliers. Mais s’il ne nous reste que l’angoisse, autant mettre tout de suite la clé sous la porte. Et puis la futilité finalement devient nécessaire. Alors voilà, je continue et puis peut-être que certains s’arrêteront un peu au détour de ce chemin de traverse à la recherche d’un bout de conversation au bout du monde. D’autres passeront leur chemin. Et ce n’est pas grave.

Ici c’est Oman et ses fabuleux wadis (des oueds asséchés) au coeur des canyons, où l’on peut se baigner seul au monde (confinement VIP) sans risque de croiser un crocodile – ou pire, un car de touristes. La partie orientale d’Oman est aussi celle qui abrite les dunes orangées des Wahiba Sands, des kilomètres de plage sauvage le long de la mer d’Oman. Et ce camp, au milieu des dunes, l’endroit parfait pour voyager au temps de Sinbad et des 1001 nuits. Oman, ce joyau.

Tagué , , , , , , , , ,

Dubai, à la recherche du temps perdu

 

 

Au pays de l’or noir

Revoir Dubai… Ce connu qui s’éloigne. Tenter de ramener du passé dans le présent. Et donc (re)voir et (re)faire ce qui était un peu de notre quotidien. Manger chez Johnny Rockets, patiner au Dubai Mall, dresser la tête pour regarder la Burj Khalifa, boire un Lemon & Mint au Bait al Bahar, marcher le long de Kite Beach, se repérer dans les rues numérotées d’Umm Suqeim, acheter chez Spinneys, déjeuner dans un food court, repérer chez Comptoir 102, boire et bavarder entre amies à la Bussola. Comme au bon vieux temps, on a aussi presque vomi dans les taxis et fait des selfies dans les toilettes d’hôtel.

Le temps était mitigé mais ce n’était pas grave. On venait d’Auvergne et on était aussi là pour la chaleur humaine. Quand le soleil donnait, le sentir sur notre peau était formidable. Le gazouillis des petits merles locaux (je suis nulle en ornithologie) et le son du muezzin nous ont replongés dans une sensation perdue. C’était bon.

N’allez pas croire qu’on n’ait fait que manger du moutabal et des pains couverts de zatar, nous avons aussi fait des choses inédites, comme visiter le magnifique Louvre conçu par Jean Nouvel à Abu Dhabi et mis un orteil dans la mer en février. Ou visiter le fort Qasr al Hosn où naquit le père des Émirats, Sheikh Zayed, grâce à Adrienne, notre guide hors pair.

Cela était parfois un brin trop sérieux pour les enfants, mais le temps n’étant pas de notre côté il était hors de question de dépenser un mois de salaire de jardinier dans un parc aquatique.

Bien entendu, nul voyage à Dubai ne pouvait être envisagé sans fouler le sable du désert. Il est là, le véritable or du pays ! C’était magique, comme toujours. À un moment on a même pu écouter le silence. On n’a pas dormi dans les dunes, pour mes amis cela aurait équivalu à dormir dans le bac à légumes du frigo. C’est que la nuit les températures auraient bien chuté à 17 degrés. Je me moque, mais j’ai oublié ce que était que d’avoir froid à Dubai. Car oui, ça arrive ! Et puis j’avoue, c’était bien agréable de n’être dans le désert que pour le meilleur : marcher pieds nus et manger du poulet grillé en sirotant du vin devant un feu ET pouvoir se doucher (ce n’est pas demain la veille que j’achèterai la bougie Feu de bois de Diptyque) et dormir dans un vrai lit.

Allez, je remonte dans la DeLorean. Back to the future.

En attendant la prochaine porte d’embarquement, la porte de l’après, celle qui mène au prochain voyage. La porte d’un autre endroit à vivre et découvrir.

Tagué , , , , , , , , , , ,

Parenthèse orientale

 

Revoir Dubai, les amis chers, une skyline sublime, (re)découvrir des endroits familiers, admirer la mer, écouter le muezzin, boire des coups, reconnaître le jardinier pakistanais et l’esthéticienne népalaise, aimer la douce ambiance de la ville, la torpeur des chaudes après-midis, sentir l’encens, marcher dans le sillage des Emiratis parfumés, dormir dans le désert, rire sous le soleil, se raconter l’Afrique, se sentir un peu chez soi, un peu d’ailleurs.

La vie d’expatrié, riche en émotions et en rencontres. Fabrique à souvenirs impérissables.

Merci la vie.

Tagué , , , , , , , , , ,

Clap de fin

IMG_2231 IMG_4200

Un mois déjà que je suis passée par ici… Le temps a filé, pourtant j’aurais pu être inspirée. En mai, on a encore arpenté notre désert, trinqué à votre santé sur ses dunes enchantées, aimé se laisser emporter par les fontaines et leur ballet, profité de la plage et ses burgers bien salés.

Mais en (re)faisant tout cela, on ne savait que ce serait pour la dernière fois. Dubai, je te quitte. Je te suis infidèle. Je m’en vais dans un pays où les animaux ont le pelage couleur savane, où le vin coule à flot, où il y a des saisons, où le barbecue est une raison de vivre, où l’histoire s’écrit avec un grand H, où l’on rencontre des princes zoulous.

Mais, promis ma belle, je ne t’oublierai pas. À tes cotés, mes enfants se sont épanouis, ont poussé comme des belles plantes sous ton soleil, ont découvert un monde nouveau, une ambiance paisible, des amis chers, côtoyé d’autres cultures, appris la tolérance, intégré la différence, rêvé devant ton élégance, ri dans tes toboggans géants, fantasmé devant tes voitures démesurées, été estomaqués par tes tours illuminées, se sont endormis sous un ciel étoilé, réveillés au milieu du désert et son absolue beauté.

Pour tout cela et plus encore, je penserai toujours à toi. Même là-bas.

Tagué , , ,

À l’est d’Oman

oman-pageExplorer une nouvelle région en Oman c’est à la fois la garantie de découvrir encore et toujours mille et une merveilles naturelles et de retrouver une chose immuable : la gentillesse sans pareille des Omanais.

Ceux-là qui vous saluent en voiture, vous guident dans le désert, vous aident à monter votre tente, vous offrent bières et cacahuètes sur la plage, vous invitent chez eux à l’occasion d’un prochain voyage. Vous questionnent, discutent, prennent du bon temps avec vous.
La partie orientale d’Oman est celle qui abrite les dunes orangées des Wahiba Sands, les oasis verdoyantes des wadis (oueds asséchés sauf en cas de crue… il est toujours préférable de vérifier la météo avant) au coeur des canyons, des kilomètres de plage sauvage le long de la mer d’Oman. Un joyau.
Où donc, en 2016, camper librement sur une plage, se baigner dans de l’eau de source sans danger et sans risque de croiser un crocodile, ne pas flipper à l’idée de s’ensabler car on sait que derrière un troupeau de chèvres on trouvera toujours un bédouin près à nous prêter main forte, le tout en ayant le sentiment d’être seuls au monde ? Ici !

Tagué , , , , , , , ,
%d blogueurs aiment cette page :