Archives de Tag: desert

I want to ride my bicycle

Vite, vite ! avant que le temps ne vire au cauchemar, enfourcher son vélo et parcourir un bout de piste cyclable qui serpente dans le désert. Comme on est spécialistes pour commencer des balades sous le cagnard à l’heure la pire (en vrai, je ne suis on n’est pas du matin) et sans eau (depuis qu’on est parents on s’est un peu responsabilisés), c’était maintenant ou dans six mois. Les enfants ont assuré, pédalé 20 km… certes, une pacotille à côté de ce que Franck a parcouru avec son frère en janvier : 86 km dans des vents contraires, en état grippal et avec un petit courant froid qui s’insinue sous les tee-shirts. Je crois que cette promenade familiale l’a réconcilié avec le sujet.

 

Tagué , , , ,

Quand t’es dans le désert

josh-desert1

desert2n&b
desert3

I’ve been through the desert on a horse with no name
J’ai traversé le désert sur un cheval sans nom
It felt good to be out of the rain
Ça faisait du bien de sortir de la pluie
In the desert you can remember your name
Dans le désert tu peux te souvenir de ton nom
‘Cause there ain’t no one for to give you no pain
Parce qu’il n’y a personne pour te faire souffrir

Avoir conscience de la beauté, du juste, du vrai pour oublier la laideur et la petitesse.

Tagué , , , ,

Mubarak bin London

 

Ainsi parlait Wilfred Thesiger – Mubarak bin London comme l’ont surnommé ses compagnons bédouins – né en 1910 dans une hutte éthiopienne où son père représentait la cour de Grande-Bretagne auprès du roi Ménélik II.

Fasciné par le mode de vie des nomades, il parcourt dans les années 1940 les coins les plus reculés et méconnus : Irak, Afghanistan, Rajasthan, Éthiopie et le grand désert arabe, le Empty Quarter. Il s’intéresse moins aux paysages qu’aux tribus et ses photos témoignent d’un univers millénaire (qu’il sera l’un des derniers à parcourir) menacé par le progrès : au début  des années 1960, les caravanes de chameaux laisseront place aux routes et aux véhicules motorisés.

 

Tagué , , , ,

À la source

AlAin

Envie de se frotter à une population accueillante et heureuse de vous adresser la parole ? Direction Al Aïn, « la source » en arabe, ville-frontière avec le sultanat d’Oman et occupée par l’homme depuis l’âge de pierre. De palmeraies en palmeraies, de forts en forts, cette provinciale chargée d’histoire ancestrale se la joue cool. Coté géologie, c’est déjà (encore ?) Oman. Des montagnes – le deuxième point culminant des EAU, pas un bout d’herbe qui pointe hors des oasis, parcelles miraculeuses, et toute la palette des couleurs terracotta. On peut y visiter l’ancien palais de Sheikh Zayed et admirer les photos magnifiques de Wilfred Thesiger, qui retracent les aventures de ce Britannique missionné pour faire des relevés géographiques de la région dans les années 1950 et devint un chroniqueur sans égal de la vie bédouine. Bref, un petit voyage dans la sphère spatio-temporelle où le temps semble filer moins vite que sous les lumières de l’exubérante Dubaï à une heure et demie de là.

IMG_9070

IMG_9083

IMG_9096

IMG_9106

IMG_9109

Tagué , , , , , ,

Un thé à Liwa

Trois heures de route désertique en vue

Smoothie aux dattes et lait de chamelle. Marhaba !

IMG_7446

IMG_7428

IMG_7451

IMG_7467

IMG_7480

L’un des murs de la bibliothèque, pan de l’histoire arabe

IMG_7531 IMG_7547

 

 

 

 

 

Image

IMG_7570

Juin est le mois de nos anniversaires… De naissance d’abord, de vie à deux ensuite. Et cette année – le compte étant bon, propice à le fêter merveilleusement.

Découvrir l’un des plus grands déserts au monde, le Rub al Khali, littéralement le Empty Quarter (Quart Vide), qui  court sur les Émirats Arabes Unis, le Yémen, le Sultanant d’Oman et l’Arabie Saoudite, fut magistral.

Sur le papier, il s’agit de l’un des endroits les plus inhospitaliers de la planète. Le climat est extrêmement aride et la température peut atteindre 60°. Même les bédouins, pasteurs chameliers, ne font qu’y passer. Mais au milieu coule une rivière de miel et de lait… un hôtel, un palace même, tout droit sorti des Mille et Une Nuits. Déclinant cinquante nuances de sable, le lieu, fondu dans les dunes alentour, n’est que luxe, calme et volupté. Beau. Magnifiquement beau. Mon blog n’a jamais si bien porté son nom.

Raffinement absolu au bout du monde. Thank you my beloved.

Tagué , , , , ,
%d blogueurs aiment cette page :