Archives de Tag: escapade

Au nord, Amsterdam

 

Amsterdam, ce sont des canaux, du hareng, des tulipes, des fumées euphorisantes, des musées de maîtres, la maison d’Anne Frank et le vélo roi de la ville !

Avec ses maisons à pignon, son millier de ponts, à l’heure où le soleil se couche la ville ressemble à un tableau.

En décembre, il fait nuit très tôt (l’heure du goûter devient l’heure du dîner) mais les habitants de la ville ne se calfeutrent pas pour autant : certes ils sont au chaud chez eux mais lumières – douces évidemment – allumées laissant voir leur intérieur inspirant et inspiré sans fausse pudeur. Le ciel étant souvent bas (nous avons eu de la chance avec le temps – traduction : il n’a pas plu), les maisons se révèlent de vrais cocons de douceur et d’élégance scandinave. Déambuler le long des canaux et se faire voyeur l’oeil se baladant dans le cœur des belles maisons à pignon fut l’un de mes grands plaisirs !

Difficile ensuite d’envisager un séjour dans la ville aux 600 000 vélos sans se galber le mollet nous aussi. Je n’étais pas vraiment emballée à l’idée de ce déplacement familial, au vu des remontrances que l’on subissait de la part des locaux dès que l’on ne marchait pas au bon endroit sur la chaussée… routes, trottoirs, pistes cyclables, que de marquages et de codes ! Ce qui m’a confortée dans l’idée que j’ai personnellement plus d’affinités avec le bordel relatif des cultures méditerranéennes (et la sympathie qui va avec) que la rigueur jésuite des gens du Nord. « La règle, c’est la règle ! »

Finalement, enfourcher les vélos fut une riche idée : à vélo, on est les rois ! Prioritaires sur les voitures… et les piétons. CQFD.

Pédaler, le rythme idéal pour découvrir la ville, comme une agglomération de gros villages. Une ville tranquille, sans bruits de moteurs ou presque en son centre. Ce séjour fut aussi l’occasion de revoir les amis chers rencontrés en Afrique du Sud. Double ration de beaux souvenirs. Bref, un séjour doux et dépaysant, à seulement trois heures de Paris.

(En revanche, que ce soit dit, un séjour à Amsterdam ne régalera pas vos papilles si vous êtes gourmand et gourmet. Mais on a bien contribué à augmenter le PNB des Pays-Bas en se délectant de leurs gaufres hollandaises au beurre et au caramel.)

 

Tagué , , , , , , , , ,

London calling

 

Pour fêter la dizaine de notre queen Julianne, nous avons roulé sous l’eau.

Elle voulait nager avec les dauphins, c’était moins pratique que de filer à Londres en 2h15. Et puis l’Angleterre, si proche, si lointaine, en Europe et pourtant tellement ailleurs, est une promesse de dépaysement. Ce n’est pas en France que les gens vous tiennent la porte ou laissent leur place dans le métro. Bien sûr, s’agissant d’une première fois pour nos George et Charlotte à nous, nous avons privilégié les incontournables, ceux du centre, et en avant les clichés : après avoir pris 42 photos de cabines téléphoniques, on s’est lassé et avons jeté notre dévolu sur les perrons et les murs colorés de Notting Hill. Après avoir vu Big Ben sous lifting, en bus rouge et être descendu à Picaddilly Circus, nos pardessus de touristes et nous-mêmes sommes allés admirer les étals de Fortnum & Mason, pensant que l’on pourrait boire un thé sans être à découvert. C’était mal connaître l’endroit. À la place on s’est rabattu sur quelque chose de bien plus sympa, abordable et convivial : le pub. Et ce n’était même pas un second choix. Ceux qui me connaissent n’ignorent rien de ma passion pour la purée. À nous la saucisse dans la sauce gravy, la pinte qui titille la prostate dans un décor tout en bois et papier peint William Morris, avec à la table voisine la bande des Peaky Blinders.

On a marché, marché, Joseph a échafaudé un plan pour s’installer ici dès que possible et rêvé devant les trésors d’Harry Potter de la boutique de King’s Cross, Julianne a rêvé devant les rayons de Liberty et les bijoux de la couronne. Buckingham Palace leur a tapé dans l’oeil, le Tower Bridge aussi.

Redécouvrir cette ville vivante et exubérante sous le soleil fut réjouissant. Je n’aime rien de plus au monde que de sillonner de nouveaux endroits en compagnie de ces trois-là.

Longue vie aux clichés !

Tagué , , , , , , ,

Escapade à Cape Town

Avant de mettre des milliers de kilomètres entre l’Afrique du Sud et nous, un dernier détour par Le Cap, la première destination découverte en arrivant en 2016, la dernière à fouler en 2018. Celle qui est semblable à la Californie à bien des égards – le surf, la healthy food, les grands espaces au bord de la mer, les maisons surplombant la plage, le climat. Celle que l’on peut arpenter à pied, qui est créative et si belle, enclavée dans la montagne. Mais où la mixité fait défaut. C’est riche, mais une fois encore, la misère se concentre sur les classes noires. L’Afrique du Sud n’en a décidément pas fini avec son histoire tumultueuse.

Découverte poignante de la prison de Robben Island, où Nelson Mandela purgea 18 ans de ses 27 années totales  d’emprisonnement. 18 années où sa tâche quotidienne consista à casser du calcaire en plein soleil, ébloui par la blancheur de la pierre, ce qui abîmera considérablement la vue de Madiba, qui passera le reste de sa vie à plisser les yeux. La visite est assurée par un ancien activiste politique qui fut lui aussi prisonnier de ce lieu, où l’on enfermait les noirs, les métis et les indiens. Où on les traitait différemment pour créer des tensions. Diviser pour mieux régner. La sombre histoire de l’humanité finalement.

« J’avais une ferme en Afrique… »

Pour finir en beauté, déambulation au coeur d’un petit paradis, Babylonstoren. Entre Stellenbosch et Franschhoek, dans la région des vignobles du cap occidental, ce domaine viticole est aussi un potager géant produisant des fruits, des légumes et de l’huile d’olive. Cette ferme, dont les bâtiments historiques sont de style typiquement Cape Dutch, est un délice pour se balader et se perdre dans la végétation et les recoins ombragés du jardin.

Un must !

Tagué , , , , , , , , , , , , ,
%d blogueurs aiment cette page :